Concours « emballé 3.0 » : préparer l’emballage de demain

Concours « emballé 3.0 » : préparer l’emballage de demain

Avec plus de 100 milliards de produits emballés en France, le Conseil National de l’Emballage a pour mission d’accompagner les acteurs de l’emballage, vers la prévention par réduction à la source pour un meilleur usage de celui-ci dans une société consommatrice, mais soucieuse de préserver son environnement. C’est pourquoi il réfléchit à des critères pertinents afin d’optimiser l’emballage de demain. Comment innover et rompre avec les contraintes quotidiennes du packaging pour un emballage plus performant ? Quoi de mieux alors que de motiver les créations et les imaginations au cœur même de ceux qui devront concevoir les emballages ?

Le CNE a eu l’ingénieuse idée de lancer un concours à destination des étudiants, permettant de distinguer des pistes innovantes et pertinentes, pour le bien commun et la préservation de l’environnement. « Emballé 3.0 », lancé le 1er octobre 2010, connaîtra son lauréat fin janvier 2011.

Explications par le Président du CNE, Michel Fontaine.

 

La Lettre : Qu’est ce qui a motivé l’idée de ce concours ?

 

Michel Fontaine : Nous savons que l’innovation

1_Pic01est la clé de la croissance économique. Elle est au cœur de la motivation et des réflexions des acteurs industriels ; on en parle beaucoup et pourtant, force est de constater qu’en matière d’emballage, « elle n’est pas toujours une réalité. C’est pourquoi en 2010 nous avons organisé un groupe de travail devant réfléchir aux nouveaux critères permettant de faire évoluer l’emballage pour le bien commun c’est-à-dire de permettre aux emballagistes une réduction à la source et un respect des valeurs de développement durable dans le processus de fabrication. Nous nous sommes vite rendu compte que ce n’était pas évident. L’innovation dans ce contexte contraignant et très concurrentiel exige une forte valeur ajoutée de la part des industriels et un devoir de discrétion. Chacun souhaitant garder les bonnes idées pour soi, il était difficile de déterminer ces critères objectifs de façon collégiale. D’où l’idée de ce concours : aller chercher l’innovation au sein même de la jeunesse et des futurs emballagistes de demain.

 

La Lettre : Quel est l’objectif de ce concours ?

 

Michel Fontaine : L’objectif du concours est de valoriser les pistes d’innovations pertinentes pour le consommateur, porteuses de sens pour le bien commun et exemplaires en termes de prévention des déchets et de réduction à la source de l’emballage. Les participants devront identifier les pistes de ruptures dans l’un des trois domaines suivants : commercial et marketing, comportemental (consommateurs) ou technologique (matériaux, mise en œuvre, conception). Le parti pris du concours est de primer l’innovation ; les concourants doivent donc remettre en cause l’existant, savoir imaginer l’impossible, se projeter dans le futur, pouvoir décloisonner leur pensée et partir d’une feuille blanche. C’est le défi que nous leur avons lancé. L’audace, la persévérance et la force de conviction seront récompensées.

 

La Lettre : Qui a concouru ?

 

Michel Fontaine : Ce concours a été ouvert à tous les étudiants d’écoles spécialisées dans le design ou l’emballage, de grandes écoles, d’universités et de formations de techniciens supérieurs. Ils ont pu travailler en équipes; plusieurs équipes pouvant s’organiser dans un même établissement. Le concours a été lancé le 1er octobre dernier et 87 étudiants de 6 écoles ont proposé 30 créations au jury qui s’est réuni le 10 décembre 2010. La remise officielle des prix aura lieu fin janvier 2011.

 

La Lettre : Comment est composé le jury ?

 

Michel Fontaine : Le jury était composé de grands professionnels de l’emballage ; en plus du Délégué Général du CNE et de moi-même, nous avions deux producteurs de matériaux d’emballages (Arcelor Mittal et Du Pont) et le Délégué Général du syndicat des fabricants d’emballages plastiques et flexibles (ELIPSO). Nous l’avons aussi ouvert à des journalistes de magazines spécialisés, à un grand designer dans le domaine de l’emballage et aux représentants d’associations de défense des consommateurs. Il s’agit donc d’un panel très large pour une vision globale des projets.

 

La Lettre : Et que gagnera l’équipe lauréate ?

 

Michel Fontaine : Les lauréats bénéficieront d’une ouverture vers les services packaging d’entreprises pour faire des stages. Nous savons combien il est difficile aujourd’hui pour les étudiants de trouver des stages intéressants. Nous pensons que cette récompense est la plus appréciable pour des étudiants pertinents et talentueux qui méritent un bon coup de pouce. Par ailleurs, leur projet sera diffusé auprès des partenaires et qui sait, peut-être seront-ils vraiment réalisées par une entreprise ?

 

Fermer le menu